Le Chienérudit
UN CENTRE CANIN NOVATEUR D’AUJOURD’HUI
AVEC L’EXPERIENCE D’HIER
Le Chienérudit

Téléphonez

UN CENTRE CANIN NOVATEUR D’AUJOURD’HUI
AVEC L’EXPERIENCE D’HIER

L’entropie

Las Papas Entropía Université de Monterrey

L’entropie mesure le degré d’incertitude et de désordre dans la communication. L’entropie est un véritable tourment pour votre chien à cause de votre communication extra spécifique. Afin de compenser l’entropie, votre chien manifeste très souvent des signaux d’apaisement que vous devez savoir lire. Les signaux d’apaisement n’ont pas été confirmés scientifiquement, néanmoins vous aurez l’impression que votre chien produit ces signaux pour s’apaiser quand l’entropie est trop envahissante. Vous pouvez aussi considérer les signaux d’apaisement comme « une diplomatie » que votre chien utilise pour se désangoisser et vous amadouer quand il sent de l’animosité de votre part. Votre chien a besoin d’équifinalité et d’homéostasie (savoir de façon claire comment les situations sont menées à bonne fin, tout en retrouvant un équilibre émotionnel). Vous devez l’aider à s’apaiser intérieurement, en veillant à ce qu’il dispose de « structures de sécurité » pour se ressourcer (niche d’intérieur ou équivalent) et des « fonctionnements de référence » pour se redynamiser (rituels et cérémonials), à savoir :

- un environnement ordonné
- des routines rassurantes
- et des limites claires

Un environnement ordonné

Le fameux besoin de structure : un chez soi (matériel) et en même temps un c’est moi ! (cognitif) – Un espace chien où il peut se réfugier, intime à l’abri des regards marqué à son odeur. Cet espace chien doit être structuré et chosifié. Votre chien est une sorte de « commère à l’affût » et par curiosité, il a besoin de connaitre le positionnement social de chacun dans le groupe où il collabore. Sans évoquer obligatoirement une hiérarchie, votre chien réalise rapidement le jeu des relations horizontales ou verticales... À ce titre, par mimétisme comportemental, ce dernier aspect constituera « un marqueur » qui aura des conséquences inhérentes au niveau des obéissances respectives… Mais sachez qu’en général, une bonne organisation familiale lambda avec du pragmatisme, se sachant aimé ! satisfait son besoin de structure. 

Les routines rassurantes

Les rituels et les cérémonials – Soyez philosophe ! Ayez votre propre philosophie… Votre bon sens de père/mère de famille est le bon chemin à suivre. Ne vous laissez pas imposer un Modèle du Monde par personne.., y compris par moi ! il n’y a rien de complexe à découvrir dans la personnalité de votre chien (il a 15.000 ans au compteur), votre chien veut un maximum d’homéostasie (tranquillité), ne lui compliquez pas la vie artificiellement par des jeux destinés à développer son coefficient intellectuel, ce sont des jeux à entropie. Intéressez-vous au développement cognitif de votre chien avec simplicité, créez, en vous faisant plaisir, des « routines joyeuses » suivant votre mode vie, tout ce que vous ferez avec lui, sous dissonance cognitive, ne sera pas satisfaisant. Et, soyez indulgent ! il doit pouvoir transgresser certains interdits mineurs pour se rabibocher avec vous par la suite (cette possibilité de remonter en grâce après un manquement est importantissime : le rôle du père est de donner des « père-missions »)

Les limites claires

Les frontières internes – Elles permettent l’installation de distances spatio-temporelles et la localisation dans l’espace-temps. Une frontière est une séparation.., mais aussi un point de rencontre ! Les frontières internes sont la distinction réglementaire, psychologique et spatiale entre votre chien et les autres membres de votre famille. Elles servent à « marquer » des interdictions, voire à inhiber votre chien mais surtout.., à le protéger ! Par ailleurs, vous devez maintenir quelques interdits majeurs à caractère pédagogique, si possible des interdits « généralisables » à d’autres contextes. Trop de rudesse de votre part conduira votre chien à « tricher » pour l’éviter. Des études récentes en éthologie cognitive ont démontré qu’un chien est en mesure d’induire en erreur un interlocuteur humain inconnu, pour des raisons stratégiques (cette démarche cognitive a été mise en évidence dans une étude, où le chien « intriguait » pour se procurer des friandises, avec à posteriori l’aide de son propriétaire, après avoir « menti » à un importun)

L’entropie : principale cause de la non-obéissance…

Les signaux d’apaisement du chien domestique

Toutes ces actions ou attitudes de votre chien sont des signaux d’apaisement

Détourner la tête ou simplement le regard - Détourner le corps latéralement - Détourner complètement le corps en présentant l’arrière train - Le regard oscille de droite à gauche - Un bâillement en se détournant ou en s’étirant - Décrire des cercles en s’approchant - S’immobiliser tête raide débout -  S’immobiliser tête basse débout - S’immobiliser tête raide couché en sphinx - S’immobiliser tête basse couché en sphinx - Se stocker assis immobile - Renifler le sol, le regard évitant l’autre - Lever une patte antérieure - Se lécher la truffe plusieurs fois de suite - Se gratter une puce symbolique - Se coucher sur le dos en présentant le ventre - Uriner sous lui, miction d’émotion - Avancer en rampant - Se secouer comme s’il était mouillé - Manger de l’herbe en la happant de façon saccadée - les plus connus : Remuer la queue et Donner la patte - Approcher lentement, tête basse -  Approcher lentement le corps en biais - Se frotter le corps sur quelque chose ou sur l’autre - Adopter la posture d’invitation au jeu, pattes antérieures étirées le postérieur levé - Imitation du rictus du rire humain en étirant les babines et en levant le museau les dents découvertes

d’après Joseph ORTEGA


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.